L’embouage

Qu’est -ce que l’embouage ?

DésembouerQue ce soit chez le particulier ou dans les installations collectives  ou industrielles, le phénomène d’embouage  demeure un problème récurrent. L’embouage des circuits fermés d’eau de chauffage et de refroidissement  est du en grande partie à la corrosion mais aussi à la présence de tartre, de bactéries, d’algues…

. Rarement évoqué par les professionnels, il est bien souvent méconnu des particuliers, qui n’imaginent pas que leur plancher chauffant risque de perdre son efficacité à cause de boues indésirables.

Les circuits d’eau, ou de liquide caloporteur, des installations de chauffage s’encrassent au fil du temps. Les eaux se chargent de matières brunes ou noires dues à la corrosion.

Dans une installation en circuit fermé, l’eau se trouve en contact avec différents métaux (acier, fonte, aluminium) dans les radiateurs et la chaudière, et du cuivre dans les tuyaux. L’oxygène qu’elle contient réagit avec les métaux et crée un processus chimique d’oxydo-réduction. Il en résulte des oxydes métalliques qui se retrouvent en suspension dans l’eau. Ils s’ajoutent aux différents résidus métalliques et plastiques arrachés aux canalisations, aux diverses algues et bactéries (l’eau est très rarement renouvelée) pour se déposer dans certaines zones de l’installation.

Les conséquences de l’embouage

L’embouage, comme tous les phénomènes de corrosion  endommage les vannes, les canalisations, les robinets thermostatiques, les vases d’expansion, etc.

L’embouage est à l’origine de nombreux dysfonctionnements :

  • mauvais échanges thermiques
  • problèmes de surchauffe
  • diminution importante du rendement énergétique
  • défaillance des systèmes d’asservissement, etc.

Il entraîne un vieillissement prématuré des équipements, augmente les risques de rupture et de fuites, la consommation énergétique de l’installation et les coûts de maintenance.

Les techniques de désembouage

Il existe trois méthodes :

  • la méthode chimique à l’aide de produits spécifiques injectés dans l’eau du circuit,
  • la méthode mécanique qui consiste à nettoyer et détacher les boues en injectant de l’air à haute pression dans l’eau,
  •  la méthode écologique qui consiste à installer un appareil spécifique en permanence sur le circuit : c’est la solution proposée par Eco Solution Environnement.

Le désembouage chimique ou mécanique est effectué par un professionnel. Il doit être pratiqué tous les 2 à 3 ans, selon le type d’installation. Coût de l’opération ?  Aux alentours de 500 € en moyenne pour une surface 100 m².

 

Les ennemis des eaux de circuits fermés

La corrosion

La corrosion est due essentiellement à des phénomènes physiques et chimiques.

Le phénomène physique: la  corrosion  peut se développer par érosion lorsque le passage de l’eau (transportant  des sédiments, du calcaire…) s’effectue à  trop grande vitesse. C’est pourquoi est recommandé de ne pas dépasser les 2m/s.

Le phénomène de cavitation peut également entrainer une corrosion due à la vaporisation de l’eau  et donc à la création de bulles de vapeur.

Le phénomène chimique: les métaux ont une tendance naturelle  à retourner à leur état le plus stable c’est-à-dire  l’état oxydé. Pour retourner à cet état, le métal va céder des électrons (c’est le phénomène d’oxydation). La présence d’oxygène et de champs électrolytiques favorise cette oxydation.

Le tartre, les bactéries, les algues…

Le tartre: les dépôts incrustants (les tartres), sont constitués principalement de calcium et de magnésium. Le carbonate de calcium est l’élément le plus perturbateur pour l’entartrage des réseaux.

L’élévation de la température de l’eau est une des causes principales de l’apparition du tartre dans les réseaux. L’évaporation (tour de refroidissement notamment)  peut également avoir une incidence car la concentration en calcium va augmenter.

La diminution du dioxyde de carbone dans l’eau (phénomène de dégazage par élévation de la température ou par pulvérisation / aération) va entrainer de même  le développement du tartre carbonaté.

  • Les dépôts de carbonate de calcium n’ont pas une bonne conductivité : ils entrainent d’importantes baisses de rendement  des installations.

 Les algues, bactéries…

La présence dans l’eau des circuits de chauffage de bactéries, microorganismes, algues, moisissures, champignons, etc.,  contribue au phénomène d’embouage.  L’eau des circuits est soumise à d’importantes contraintes (pression, chocs thermiques) qui favorisent  les déséquilibres microbiologiques.

  • Les microorganismes vont proliférer et contribuer à la formation de boues et de dépôts, augmentant les risques de colmatages des installations. Et bien sûr,  la  présence de tartre va encore aggraver cette situation.